Le bien-être au travail : enjeux et risques

L’AUTEUR

ISABELLE BARTH

Professeure des Universités en Sciences du management – Université de Strasbourg
Enseignante, chercheuse, manager, conférencière.

LE CONTEXTE

Alors que le temps passé au travail n’a fait que diminuer au cours des décennies, on en attend paradoxalement de plus en plus.
Les salariés veulent s’épanouir dans leur vie professionnelle, et les dirigeants partent de l’hypothèse que des collaborateurs heureux et satisfaits au travail seront plus performants. Mais les uns comme les autres font souvent fausse route en pensant que le bien-être au travail se limite à l’assistance et au confort !

Télécharger

Description

LES SPÉCIFICITÉS DU SECTEUR DU SPECTACLE VIVANT

Le secteur du spectacle vivant est caractérisé par un fort engagement des salariés. Les chercheurs  Rosanlid Gille et Andy Pratt parlent de « population de travailleurs créatifs ».
La population des travailleurs créatifs « se caractérise par des horaires importants (…), un effondrement ou affaiblissement des frontières entre le travail et les loisirs, des rémunérations faibles, (…) un attachement passionné au travail et à l’identité de travailleur créatif, (…) de profondes expériences d’insécurité et d’anxiété quant au fait de trouver du travail (…) ».
Au regard de ces caractéristiques, il n’est pas certain que les Chief Happiness Officers puissent agir sur le bien-être au travail.
Il faut revenir aux définitions du bien-être pour comprendre et éviter ces déceptions croisées et constater que le véritable bien-être au travail ne peut être fondé sur le plaisir, mais doit l’être sur l’exigence.